[CDA] armée Blood Axes

samedi 16 janvier 2016

session 3 L5A : Le retour de la maho à shiro Akodo



En chemin, Matsu anko expliqua à ses compagnons que l’argent du trafic était blanchi dans la ville du clan du lion, mais qu’aucune piste ne s’était dégagée de ces investigations.  Mais ce qui inquiétait le plus Matsu anko, était l'apparition de signes de souillure de plus en plus fréquente dans sa région.
Le groupe de samouraïs arriva aux portes de la ville au début de l’hiver. La neige commençait à tomber sur cette petite ville, bordée par une grande forêt ancestrale, la forêt noire sous l’ombre de la montagne vigilante.
Les samouraïs s’installèrent chez Matsu anko, mais ce dernier dut partir précipitamment le lendemain pour une convocation martiale de la famille Matsu. Tous les samouraïs de cette famille devaient se rendre à une convocation du daimyo du clan du lion.
Les trois samouraïs devaient donc trouver seuls la nature du blanchiment d’argent à shiro Akodo dans une ville touchée par des cas de souillure depuis quelques années.
Après diverses fausses pistes et confusions, ils démasquèrent l’origine mafieuse dans cette ville. Le propre cousin du daimyo de la ville, un certain Akodo chitae, blanchissait l’argent en provenance de Kyuden doji  grâce à la couverture de son minable restaurant, les charmes du cerisier. Toutefois, il sembla compliqué aux samourais de dénoncer Akodo chitae car seules leurs paroles comptaient contre ce dernier. Le groupe prit donc la sage décision de taire la découverte de ce trafic, pour ne pas risquer de courroucer le sensible daimyo du clan de lion dirigeant cette ville.
Dans le même temps, le groupe de samouraïs démasqua l’origine de la souillure dans la ville. Une vieille femme  Mitsu,  la jardinière des jardins de shiro Akodo  contaminait par des rites maho les cerisiers chaque printemps. Les fleurs et le pollen se dispersaient  dans la cité au gré du vent, corrompant ainsi les habitants qui développaient les premiers signes de souillure durant l’été.  Les samourais rencontrèrent Asahi, moine au temple de Bishamon qui consacrait sa vie à soigner les heimins contaminés.  Asahi envoya le groupe de samourais sur la piste des ruines naga au cœur de la forêt noire, afin de trouver le moyen d’arrêter cette prêtresse du sang.
Les trois samourais furent guidés par un esprit de la forêt vers les représentant de l’antique race des naga.  Ils rencontrèrent Chisato, un bushi naga qui les informa du repère de la maho tsukai sur le versant nord de la montagne vigilante.
En compagnie d’Asahi, le groupe se dirigea sous la neige, vers le repère de Mitsu. Ils tombèrent sur une scène d’horreur dans le campement des adeptes du sang. Des heimins étaient attachés à des poteaux, saignés à divers endroits, des jarres de sang remplies à leurs pieds. L'odeur du sang coagulant emplissait l'atmosphère, quand les sbires de Mitsu les repérèrent. Le groupe fut attaqué par des possédés aux ordres de Mitsu. Chisato et un autre naga surgirent des bois pour prêter main forte aux samourais, en effet les naga avaient suivi le groupe pour s’assurer de leur bonne foi. Mitsu fut tuée dans cette escarmouche, mais Asahi et Kitsuki atika furent blessés.
Après une période de repos dans le monastère de Bishamon, Kitsuki atika apprit qu’elle avait été contaminée par la souillure, ce qui ne fut pas le cas de ses deux compagnons. Seul le thé au pétale de jade pouvait lui apporter l’aide nécessaire pour combattre et contenir ce mal intérieur. Hida Musashi faillit devenir ronin à son retour de la montagne vigilante.  Il fut convoqué pendant cette période de repos par le daimyo de la ville et dut rendre des comptes sur une triste histoire de provocation chez la famille Ikoma, la plus riche de la ville. Les règles d'étiquettes et de courtoisie n'étaient pas le fort de ce rustre samourai du clan du Crabe.
Après quelques semaines de repos, les trois samouraïs décidèrent de chercher le vieux maître d’Asahi partit fonder un monastère sur l’île du clan de la mante il y a plus de 30 ans. Ce vieux moine, Chichibadi, décida de consacrer sa vie à lutter contre la maho après avoir été lui-même contaminé il y a longtemps par la souillure. Les pétales de jade sont connus pour être facilement cultivés sur les îles tropicales  du clan de la mante, Chichibadi y partit donc fonder un monastère dans la jungle luxuriante avec l’attention de trouver un jour un remède définitif à ce fléau.
Hida Musashi, Asahina ryo et Kitsuki atika décidèrent donc de contacter des marins Totori sur les docks de shiro Akodo, et de naviguer jusqu’aux portes de Kyuden Gotei, grande cité du jeune clan de la mante. 
 Afficher l'image d'origine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire